L’Omega Speedmaster

Les débuts de l’Omega Speedmaster

En 1957, Omega lance un trio de montres composé de l’Omega Seamaster 300 (CK2913), de l’Omega Railmaster (CK2914) et de l’Omega Speedmaster (CK2915), depuis devenues des icônes de la marque et de l’univers des montres tel que nous le connaissons aujourd’hui. La Speedmaster a d’abord été conçue comme un chronographe de sport inspiré des tableaux de bord des voitures de sport italiennes de la fin des années 1950. Avec ses cornes incurvées, son cadran noir et ses larges aiguilles en forme de flèche, cette montre brille par son allure sportive.

Lors de son lancement, la Speedmaster était la première montre-bracelet chronographe au monde à être munie d’une échelle tachymétrique sur la lunette et non sur le cadran, Une Caractéristique concue pour améliorer les performances des pilotes de courses automobiles . Ce garde-temps est alimenté par le légendaire calibre Omega 321 avec chronographe à roue à colonne. Basé sur le calibre Lémania 2310, celui-ci a été utilisé dans les montres Omega jusqu’en 1968. Beaucoup considèrent toutefois la Speedmaster originale comme un « Saint Graal ». Il ne reste malheureusement que très peu d’exemplaires de ce modèle, produit pendant seulement deux ans, il y a 60 ans. Si vous souhaitez acquérir cette montre, il vous faudra donc vous armer de patience et prévoir un budget confortable, de plusieurs dizaines à quelques centaines de milliers d’euros pour un modèle en bon état.

Les prémices de l’exploration spatiale

Omega n’avait pas du tout envisagé que la Speedmaster puisse devenir la première montre à aller sur la Lune. L’entreprise s’est rapprochée de la NASA lors du lancement de la deuxième édition de la Speedmaster référencée CK2998, qui est venue remplacer la référence originale CK2915 deux ans après sa sortie. Walter Schirra et Gordon Cooper, tous deux astronautes de la NASA, ont acheté en 1962 une CK2998 dans le but précis de la porter pendant un vol spatial. La Speedmaster est ainsi restée au poignet de Walter Schirra pendant la mission Mercury-Atlas 8 à bord de la Sigma 7, en octobre 1962 : ce fut le premier voyage de la Speedmaster dans l’espace.

La montre qui a marqué l’histoire

La mission Apollo 11 marque toutefois le point culminant de l’épopée spatiale de la Speedmaster : l’équipage d’Apollo 11 était composé des astronautes Neil Armstrong, Buzz Aldrin et Michael Collins, qui portaient tous trois une Omega Speedmaster Professional lors de leur vol vers la Lune. Neil Armstrong et Buzz Aldrin, qui ont tous deux posé le pied sur la Lune, n’ont pas quitté leur Omega Speedmaster Professional référencée 105.012 de toute la mission. Buzz Aldrin fut toutefois le seul à emporter sa montre avec lui lors de sa sortie, tandis que Michael Collins et sa Speedmaster portant la référence 145.012 sont restés dans le module de commande. Ce moment historique a marqué le début d’un héritage qui continue à se transmettre au fil des générations de montres.

L’Omega Speedmaster référencée 105.012 est ensuite devenue la Speedmaster que nous connaissons aujourd’hui. Omega avait récemment muni les modèles de la collection Speedmaster d’aiguilles bâton blanches pour une meilleure lisibilité. La 105.012 fut la toute première montre à être dotée d’un boîtier plus grand (42 mm), de poussoirs plus larges protégés par le boîtier et par un protège-couronne. Le terme « Professional » a également été ajouté sous l’inscription « Omega Speedmaster ». La Speedmaster référencée 145.012 est en tout point similaire à la 105.012, elle dispose simplement de poussoirs plus grands. Les deux modèles sont considérés comme de véritables Moonwatch.

Le secret du succès

Il est important de prendre du recul et d’analyser cette version de l’Omega Speedmaster Professional pour connaître la recette de son succès extraordinaire. Pourquoi n’a-t-elle subi quasiment aucune modification depuis 1964, date du lancement de la référence 105.012 ? Le secret de la Speedmaster réside tout simplement dans une association d’éléments se complétant parfaitement. Omega a tout d’abord opté pour un cadran noir et des aiguilles bâton blanches offrant non seulement un contraste magnifique, mais également une lecture particulièrement facile de l’heure. La marque a ensuite réussi à mettre au point un cadran muni de trois cadrans auxiliaires restant toujours parfaitement visibles, quel que soit l’endroit où se trouvent les aiguilles des heures et des minutes. Cette prouesse est rendue possible grâce à la minceur des aiguilles, à la simplicité des éléments de conception et à l’efficacité de leur positionnement. Le design général est soigné, pratique et très plaisant, sans pour autant perdre le caractère unique de la Speedmaster. Cette montre est non seulement entrée dans l’histoire, mais a également su convaincre les fans de montres en devenant un des chronographes les plus emblématiques jamais conçus.

La Speedmaster Professional après l’atterrissage sur la Lune

Petite sœur des iconiques Moonwatch, l’Omega Speedmaster référencée 145.022 est lancée en 1968. Sa particularité ? Elle est alors la première Speedmaster à ne pas être équipée du légendaire calibre Omega 321, remplacé par le calibre Omega 861, un mouvement plus simple et plus abordable. La Speedmaster ayant en effet gagné en popularité après l’atterrissage sur la Lune, Omega devait être en mesure de la produire en plus grand nombre afin de satisfaire la forte demande – d’où cette modification. C’est également à cette époque que les maisons d’horlogerie suisses, durement touchées par la crise du quartz, ont dû prendre des mesures pour rester en activité.

La Speedmaster référencée 145.022 s’est avérée être un succès à la fois commercial et technologique. Omega n’avait pas présenté de nouveau modèle au public depuis l’atterrissage sur la Lune, et cette montre a rendu hommage à ses prédécesseurs en participant elle aussi à des missions spatiales dès 1978. Elle est remplacée en 1982 par la référence 145.0022, dont la production s’arrête en 1988. Cette même année, Omega commence à utiliser son nouveau PIC (Product Identity Code) pour les numéros de référence. La Speedmaster Professional suivante s’est ainsi vu attribuer la référence 3590.50. Intéressons-nous maintenant à la référence 3570.50, produite de 1996 à 2014, qui a subi des modifications importantes en 1997. Cette date marque l’introduction du calibre Omega 1861, une version légèrement modifiée du calibre 861, et la disparition du tritium au profit du Superluminova pour le revêtement du cadran et des aiguilles.

La Speedmaster Professional actuelle

Qu’en est-il de la version actuelle de l’Omega Speedmaster Professional ? En 2014, Omega a lancé une nouvelle Speedmaster Professional « full set », un grand coffret de présentation comprenant la montre, une loupe ainsi que deux bracelets supplémentaires et un outil permettant de changer de bracelet à votre guise. Ce dernier modèle Moonwatch porte le numéro de référence 311.30.42.30.01.005. La Speedmaster se distingue comme d’habitude par la continuité de son design pendant plus de cinq décennies. La Speedmaster Professional actuelle est quasiment identique à la montre de 1964, ce qui témoigne non seulement du succès sans précédent de ce modèle, mais également de l’incroyable dévouement d’Omega à la production de pièces uniques qui témoignent véritablement de l’histoire des garde-temps. Vous aurez peut-être du mal à le croire, mais cette collection historique a failli être rayée du paysage. Dans les années 1990, certains dirigeants d’Omega ont en effet eu la brillante idée d’arrêter la production de la Speedmaster Professional.

Cette décision n’a fort heureusement jamais été concrétisée. En 2017, Omega a célébré les 60 ans de l’Omega Speedmaster, de la Seamaster 300 et de la Railmaster en proposant des éditions spéciales 60e anniversaire pour chaque modèle. La Speedmaster rend hommage à la Speedmaster originale de 1957. Il faudra attendre 2019 pour un modèle anniversaire de la plus emblématique des Speedmaster. L’année 2019 marquant également le 50e anniversaire de l’atterrissage sur la Lune.

vel, Phasellus id commodo justo ultricies ut Sed